La bascule

Il m’arrive de penser que j’étais plus intelligente avant. Ce n’est pas à proprement parler une certitude, non. Je le décrirais davantage comme un sentiment persistant, une impression qu’avant… Avant quoi ? Je n’en ai qu’une vague idée. Quel évènement, ou quel non évènement m’aurait fait basculer ? C’est indéfinissable, à tel point que je ne saurais le situer ni dans le temps, ni dans l’espace. D’ailleurs, je ne pourrais pas affirmer que j’ai littéralement basculé. Je me suis peut-être simplement contentée de me laisser glisser. A priori, sans m’en rendre compte. Mais là encore, aucune certitude. Je me soupçonne d’avoir volontairement occulté des signes qui auraient dû m’alerter, mais je n’en ai aucune preuve.

Seulement, malgré tous ces doutes et ces accumulations d’incertitudes, il m’arrive de plus en plus souvent de le penser. J’étais plus intelligente avant. En quoi ? Comment ? C’est si difficile à dire. D’ailleurs, c’est assez paradoxale, on pourrait croire, c’est vrai, on penserait, de manière instinctive, que le temps aurait dû au contraire me permettre de progresser. On estimerait à raison qu’en gagnant en maturité, qu’en accumulant les connaissances, mes capacités intellectuelles évolueraient à l’avenant.

Pourtant, je ne parviens pas à me défaire de cette sensation qu’une part de moi, avant, en savait plus long, qu’elle réfléchissait mieux, plus loin.

On me parlera certainement des neurones, qui petit à petit s’éteignent, mais je ne retiendrai pas cette hypothèse. Elle joue probablement un rôle dans mon histoire, mais il ne peut pas être central, pas déjà. Cela ne tardera pas, je ne peux pas l’ignorer, mais je préfère ne pas y penser.

Je me fais peut-être des idées, il s’agit certainement d’un autre phénomène que je suis incapable de nommer et que je désigne ainsi par ignorance. Ce qui apporte de l’eau à mon moulin, tout en réduisant à néant ma théorie. Une impasse, en somme.

Ceci dit, ce serait commode d’imaginer qu’avant… Ç’aurait été à elle, celle que j’étais, de réaliser de grandes choses. Moi, je ne suis plus que l’ombre de celle que j’ai été, de ce qu’elle était alors, il ne faudrait donc pas trop m’en demander. Pourtant, je ne pense pas pouvoir m’installer dans cette sorte de renoncement. Je ne peux pas sciemment accuser de tous les maux cette autre qui n’est autre que moi. Comment aurions nous pu savoir que tout se jouait là ? Que pensera de moi, cette autre là-bas, plus loin, quand elle réalisera que j’ai baissé les bras en prétextant une intuition aux contours imprécis. Elle se dira probablement, et je suis d’accord avec elle par anticipation, que nous n’étions finalement pas si maligne que nous le pensions. Ce qui me ferait dire, pour finir, que l’intelligence a des hauts et des bas, comme tout le monde.